Accueil Le blog Page 135

Amazon officialise Kindle Unlimited, son offre d’ebooks illimitée à 9,99 $

Hits: 7

Après la musique avec Deezer et Spotify, la vidéo avec Netflix et Canalplay, voilà que les livres électroniques sont aussi touchés par l’abonnement illimité. Amazon vient ainsi de lancer Kindle Unlimited aux États-Unis, pour 9,99 dollars par mois. Amazon n’est toutefois pas un pionnier en la matière.

 Amazon Kindle Unlimited

600 000 ebooks, mais pas plus de 10 à la fois

C’est désormais officiel, après Prime Music et Instant Video, voici Kindle Unlimited. Disponible pour le moment uniquement aux États-Unis, le service propose un accès illimité à plus de 600 000 livres électroniques et plus de 2 000 livres audio. Attention néanmoins, une restriction non négligeable est appliquée.

 

Alors que sur les services équivalents de musique et de vidéo, il est possible d’écouter et voir sans limites, Kindle Unlimited, lui, indique qu’il est possible de « garder jusqu’à dix livres à la fois » au maximum, sans date d’échéance toutefois tant que l’on est abonné. Un test gratuit de 30 jours est offert aux potentiels futurs clients de l’Américain et l’offre est destinée à la fois aux détenteurs des produits Kindle et à ceux sous iOS, Android et les autres systèmes qui ont installé l’application Kindle.

Youboox attend Amazon de pied ferme

Pour le moment, le service n’est donc pas disponible en Europe, même si selon nos confrères d’Actualitté, des discussions sont déjà en cours avec des éditeurs français en vue d’un lancement en septembre ou octobre prochain. L’Hexagone compte toutefois déjà un concurrent du nom de Youboox. Développé depuis près de deux ans, ce site français propose une offre gratuite financée par la publicité, avec un nombre de livres électroniques limité et une lecture seulement en ligne. Il propose surtout une offre payante à 9,99 euros par mois avec les titres disponibles hors connexion, un catalogue plus vaste et sans publicité.

 

 

Selon un reportage réalisé récemment par BFM Business, Youboox propose 50 000 titres différents et compte environ 200 000 utilisateurs. Près de 3 millions de pages sont ainsi lues chaque mois. Néanmoins, le service ne cumule pour le moment que 2 500 abonnés. Un nombre encore faible, qui prouve que le marché de la lecture numérique doit encore décoller. L’arrivée de Kindle Unlimited pourrait toutefois donner de la visibilité à ce type d’offres et permettre à Youboox d’en profiter.

 

Le modèle économique de ce site français est toutefois assez novateur. Afin de convaincre les éditeurs de livres, assez réticents au début (ils sont désormais 120 à être partenaires), Youboox a négocié une rémunération non pas en fonction des livres lus, mais en fonction des… pages lues. Les éditeurs sont ainsi payés en fonction de chaque page visionnée par les clients, en proportion des gains réalisés grâce aux publicités et aux abonnements. Youboox estime pouvoir attirer d’ici 2017 plus d’un million d’utilisateurs, dont près de 100 000 abonnés, pour un chiffre d’affaires potentiel de 10 millions d’euros.

 

Notez que Kindle Unlimited fonctionne différemment. Il ne paie les auteurs uniquement si au moins 10 % du livre a été lu selon TechCrunch, tout du moins pour les auteurs indépendants. Les négociations avec les éditeurs n’ont pas été divulguées, nous ne connaissons pas les détails financiers de leur accord. Les plus grands éditeurs américains manquent de toute façon à l’appel, ce qui implique un catalogue dénué de livres majeurs.

NextInpact

Freebox Révolution : après le Wi-Fi 802.11ac, du CPL à 500 Mb/s

Hits: 11

La Freebox Révolution bénéficie désormais des deux innovations qu’Iliad avait dévoilées prématurément lors de la présentation de ses résultats financiers en mars dernier. Comme prévu les Freebox combinent finalement Wi-Fi 802.11ac et CPL à 500 Mb/s.

Freebox Server

 

Des adaptateurs CPL à 500 Mb/s, mais pas de HomePlug AV2

Depuis le début de la semaine, Free livre les nouvelles Freebox v6 avec des adaptateurs CPL à 500 Mb/s. C’est ce qu’a découvert le site Internet Univers Freebox, dont le « concept store » associatif sert de relais colis pour des clients de Free.

C’est la taille réduite des nouveaux colis qui a révélé la modification. Les nouveaux Freeplugs sont effectivement beaucoup moins encombrants que ceux à 200 Mb/s, si bien qu’ils logent dorénavant dans le carton du Freebox Server, et plus dans leurs propres cartons.

Naturellement ils apportent aussi et surtout une hausse de débit, qui devrait passer en pratique de 50 à 100 Mb/s environ. De tels débits ne sont pas d’une grande utilité pour le Freebox Player, auquel le Freebox Server transmet tout au plus des vidéos encodées à quelques mégabits (un film MKV de 10 Go réclame environ 10 Mb/s). Mais il faut rappeler qu’on peut relier des ordinateurs au réseau CPL des Freebox, puisqu’ils utilisent le standard HomePlug AV, et que les fonctions de stockage en réseau du Server profitent volontiers de débits supérieurs.

On peut d’ailleurs regretter que l’opérateur n’ait pas adopté directement la nouvelle norme HomePlug AV2, qui améliore considérablement la fiabilité des connexions et permet ainsi de dépasser 150 Mb/s. Peut-être Free la réserve-t-elle à la Freebox v7 ?

Freeplugs 200 et 500 Mb/s

 

Une nouvelle révision Wi-Fi 802.11ac

Quoi qu’il en soit quelques mois plus tôt, à partir du mois de mars, Free avait commencé à livrer une nouvelle version du Freebox Server. Cette révision 3, identifiable à la lettre C à la fin de la référence MDL sur l’étiquette de l’appareil, avait comme prévu apporté la prise en charge du Wi-Fi 802.11ac. À l’instar du HomePlug AV2, cette norme améliore la fiabilité et permet en pratique d’atteindre 500 Mb/s.

Depuis cette date, les Freebox Server sont par ailleurs fournies avec le module femtocell préinstallé. Il était déjà gratuit mais il fallait jusqu’alors le commander expressément, en s’acquittant de 10 euros de frais de port.

Femto Free dans un Freebox Server

Ces deux innovations sont donc disponibles dès à présent mais elles sont réservées aux nouveaux abonnés ou à ceux qui migrent vers la Freebox v6. Il est impossible de remplacer une révision précédente par la dernière.

clubic.com

Google Maps s’étoffe en faveur des cyclistes

Hits: 7

Une nouvelle mise à jour de Google Maps pour Android, actuellement déployée par l’entreprise, ajoute entre autres les indications d’élévation sur les trajets paramétrés pour les vélos.

Les cyclistes qui se basent sur Google Maps pour organiser leurs itinéraires n’auront plus la surprise de découvrir des montées abruptes sur leurs trajets. Une nouvelle mise à jour signalée par le site Android Police intègre des indications concernant l’élévation des routes, et permet à l’utilisateur de comparer différents trajets en fonction de ce point spécifique. La fonctionnalité est présentée en bêta mais s’avère, selon les premiers testeurs, plutôt fiable.

Google Maps vélo
Google Maps vélo

L’application se dote également de commandes vocales, qui permettent notamment de demander oralement au service la distance restant jusqu’à la destination ou encore le temps nécessaire pour y arriver. Une fonctionnalité utile à ceux qui utilisent une oreillette ou un kit main libre avec Google Maps.

La mise à jour est en cours de déploiement, mais ceux qui ne désirent pas l’attendre peuvent télécharger l’APK de Google via les liens proposés par Android Police.

clubic.com

Microsoft fermera les gammes Nokia X et Asha pour se concentrer sur Windows Phone

Hits: 10

Introduite à l’occasion du Mobile World Congress au mois de février, la gamme Nokia X cessera bientôt d’exister, tout comme les Nokia Asha. Leurs équipes de développement respectives sont en effet touchées par le vaste plan de licenciement annoncé hier par Microsoft.

En rachetant la division mobile de Nokia pour 5,44 milliards d’euros en septembre 2013, Microsoft accueillait quelque 25 000 nouveaux employés. Pour la firme de Redmond, l’objectif était d’intégrer une véritable équipe de production lui permettant d’avoir un contrôle plus strict sur la production des smartphones mais aussi des tablettes.

Moins d’un an plus tard, la firme de Redmond a annoncé un vaste plan de licenciement touchant principalement les employés issus de ce rachat. Dans un communiqué officiel, le PDG Satya Nadella annonce également l’abandon de la gamme Nokia X et un nouveau positionnement pour les Lumia.

Abandon de la gamme Nokia X

« Nous prévoyons de migrer les produits de la famille Nokia X afin qu’ils deviennent des terminaux de la gamme Lumia tournant sous Windows », explique ainsi le PDG dans son mémo. En plus d’une réduction des coûts, il s’agit d’opter pour une stratégie beaucoup plus claire et entièrement axée sur Windows Phone et donc de faire oublier cette situation burlesque au sein de laquelle, la firme de Redmond propose des smartphones basés sur l’OS de son principal rival.

Nokia X

Basé sur un fork d’Android développé en interne peu avant le rachat par Microsoft, les Nokia X avaient pour ambition d’attirer les primo-accédants au marché du smartphone en les sensibilisant à l’ergonomie de Windows Phone. Trois appareils ont été présentés au mois de février et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il était relativement difficile de justifier le positionnement de cette gamme. Qualité moyenne, lenteur du logiciel, composants dépassés, le Nokia X était à peine moins cher que le Lumia 520 offrant un bien meilleur rapport qualité/prix et s’avérant particulièrement populaire dans les pays en développement.

Fermeture de la gamme Nokia Asha

Mais qui dit stratégie linéaire dit également l’abandon de la gamme Asha. Et selon le magazine The Verge c’est précisément ce que se prépare à mettre en oeuvre Microsoft. De son côté, Jo Harlow, chargée de la division mobile chez Microsoft, a ainsi précisé à ses équipes que les terminaux équipés de S40 passeront en mode de maintenance. En outre les services de support seront fermés dans 18 mois. « Cela signifie qu’il n’y aura plus de nouvelles fonctionnalités ou de mises à jour aux services proposés sur les plateformes de téléphones mobiles », déclarerait-elle dans un email.

Nokia Asha

Microsoft entend ainsi migrer les utilisateurs de la gamme Asha vers Windows Phone et considère que l’application de musique en streaming MixRadio pourrait être proposée en tant que service tiers. Avant un éventuel spin off de ce dernier, son support sera également stoppé.

Un avenir signé Windows Phone

Plus de 4 milliards de personnes n’ont toujours pas migré vers le marché du smartphone. Tel était le chiffre partagé par Microsoft à l’occasion de la BUILD 2013. Et c’est donc directement avec Windows Phone que Microsoft entend les séduire.

Lumia 520
Lumia 520

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le Lumia 520 est passé sous la barre des 100 euros et le temps que cette réorganisation se concrétise, les composants de ce smartphone devraient devenir encore plus accessibles et pourquoi pas permettre la production de smartphones à moins de 50 euros.

Le vrai défi pour Microsoft consistera certainement à faire évoluer Windows Phone dans le bon sens. Après une tentative ratée avec Windows Phone 7.x, les développeurs ont finalement réussi à produire un système fonctionnant aussi bien sur des SoC quad core de nouvelle génération que sur des anciennes puces double coeur. Reste à savoir si la société saura continuer sur cette voie et éviter la fragmentation que connait Android depuis ses débuts.

clubic.com

La 3G et la 4G officiellement autorisées dans les avions par l’Arcep

Hits: 7

L'Arcep dit Il s’agit d’une excellente nouvelle pour tous les habitués des voyages en avion, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) vient enfin de donner son accord pour qu’il puisse être possible d’utiliser les fréquences 3G et 4G à bord des avions. Il y aura toutefois certaines contraintes techniques à respecter de la part des compagnies aériennes, mais il s’agit d’un pas énorme pour l’accès à internet, même en plein ciel !

L’Arcep donne son feu vert pour l’utilisation de la 3G et de la 4G à bord des avions

Aujourd’hui l’Arcep, l’autorité de régulation des télécom, a donné son feu vert pour que l’utilisation des réseaux 3G et 4G puisse se faire à bord des avions. Jusqu’à présent, il n’était possible d’accéder à la 2G que dans certains avions, mais avec l’arrivée de la 3G et de la 4G dans les aéronefs, tous les appareils courants pourront facilement se connecter au web. Le gouvernement a également homologué cette décision, il faudra donc attendre de voir quelles seront les premières compagnies aériennes à offrir ce nouveau service à bord et s’il sera payant ou non.

L’Arcep a toutefois émis des restrictions pour bien contrôler la situation. Il faudra que les dispositifs mis en place respectent les règles de l’aviation civile, que les connexions ne puissent se faire qu’au-dessus du territoire français et lorsque les avions sont au minimum à 3000 mètres d’altitude.

De plus, il faudra que les compagnies proposant ce service mettent tout en œuvre pour qu’aucune interférence ne puisse avoir lieu entre les cabines et le cockpit. L’Arcep a assigné la bande des 1800 MHz pour les fréquences 2G et 4G et la bande des 2100 MHz pour la 3G. Une seule petite exception au tableau, Bouygues Telecom pourra utiliser la bande des 1800 MHz pour sa 4G.

zebulon.fr

Free Mobile ajoute à ses forfaits les SMS illimités depuis l’Europe

Hits: 6

L’opérateur de téléphonie tente de séduire de nouveaux abonnés désirant partir en vacances à l’étranger. Free Mobile leur propose de pouvoir envoyer des SMS de manière illimitée depuis l’Europe et les DOM vers les opérateurs mobiles situés en France.

Free Mobile

Free Mobile annonce que ses forfaits, à 15,99 (pour les abonnés Freebox) et 19,99 euros incluent désormais l’illimité pour ce qui est de l’envoi de SMS depuis un pays d’Europe ou depuis les DOM. Jusqu’à présent, les offres comprenaient certes les SMS mais uniquement depuis la France.

Pour en profiter, il faut être déjà abonné à une offre Free Mobile depuis au moins 60 jours ou y souscrire. Le client devra en outre se trouver dans un de ces pays pour pouvoir envoyer ses SMS : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Gibraltar, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Saint-Pierre-et Miquelon.

A ces pays, l’opérateur ajoute les DOM à savoir la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane française, La Réunion et Mayotte. Seuls les messages envoyés vers des opérateurs mobiles français sont pris en charge sans surcoût (hors numéros courts, spéciaux, surtaxés, et SMS/MMS surtaxés).

Sans titre 1

Blocage de sites terroristes : Cazeneuve répond point par point au CNNum

Hits: 7

Malgré l’avis du Conseil National du Numérique (CNNum) qui s’oppose au blocage des sites terroristes sur ordre administratif, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve veut conserver la mesure inscrite au projet de loi antiterroriste. Son cabinet a répondu point par point aux arguments du Conseil.

Nous n’avions encore jamais vu ça. Quelques heures après que le Conseil National du Numérique (CNNum) a livré son avis très critique sur le blocage administratif des sites terroristes prévu par le projet de loi de lutte anti-terroriste de Bernard Cazeneuve, le cabinet du ministre a repris le document pour y répondre point par point, en glissant des commentaires dans une version PDF.

Quelques citations :

  • Sur le fait qu’il n’y aurait pas d’urgence à bloquer les sites justifiant de se passer de l’avis préalable de la justice, car la radicalisation serait un processus lent : “Ce n’est pas le constat que dressent les services de renseignement, ni les familles qui nous contactent via la plateforme d’assistance (« Numéro Vert ») : nous faisons face au contraire à des délais courts, voire très courts, entre les premières manifestations d’intérêt et les départs : jusqu’à moins de deux semaines de temps pour certains cas constatés” ;
  • Sur le fait que blocage des sites doit être mis en balance avec l’intérêt de les surveiller : “C’est la pratique, l’expertise et l’expérience des services de renseignement qui enquêtent sur ces filières et les surveillent qui motivent, entre autres, la mise en place de ces dispositifs. Chaque demande de blocage sera émise après avis des services spécialisés, lorsqu’ils n’en seront pas eux même à l’origine” ;
  • Sur le risque de censurer l’expression d’une opinion politique et non une véritable propagande d’actions terroristes : “Les contenus visés sont des contenus délictueux qui ne peuvent être confondus avec l’expression d’opinions, très précisément : images d’atrocités, conseils pour le départ ou conseils « techniques » pour la préparation d’attentats” ;
  • Sur le risque d’inciter les réseaux terroristes à utiliser des moyens techniques rendant plus difficile leur appréhension : “Le gouvernement est à l’écoute attentive de toutes les solutions qui peuvent permettre à la justice et à la police d’agir efficacement, en l’état des outils technologiques disponibles” ;
  • Sur le risque de sur-blocage ou d’atteinte à la vie privée en cas de filtrage sélectif : “Nous avons bien connaissance de ces difficultés (…). De premières discussions ont eu lieu avec les FAI, qui ont pointé les difficultés et les risques ; elles vont se poursuivre“. Et “il n’est évidemment pas question « d’inspecter directement et massivement le contenu des communications des internautes ».“;
  • Sur le fait que les sites concernés seraient peu nombreux et donc que la justice ne serait pas débordée : “Si le volume de sites semble en effet raisonnable (quelques centaines à date), il ne tient pas compte des sites miroirs qui ne manqueront pas d’être créés, ni de l’augmentation à venir du nombre de sites, dont tout indique qu’il sera corrélé à l’expansion du phénomène.
  • Sur le magistrat prévu par le projet de loi, qui serait nommé directement par le Gouvernement et n’aurait pas de pouvoir de contrôle de l’opportunité du blocage (c’est-à-dire de contrôler qu’il s’agit bien d’un site terroriste) : “La personnalité qualifiée est un magistrat nommé par le garde des sceaux, dans des conditions qui sont susceptibles d’être renforcées au cours des débats au Parlement si elles semblent insuffisantes” et “la personnalité qualifiée aura la charge du contrôle du caractère proportionnel de la mesure.”
  • Sur le fait que le “terrorisme” est bien plus complexe à qualifier que des délits comme la pédopornographie : “C’est la raison pour laquelle le contrôle par la personnalité qualifiée et le contrôle juridictionnel sont confiés à des professionnels, qui se référeront utilement aux règles de droit internationales et internes définissant le terrorisme : le terrorisme se qualifie en France sous le contrôle du juge et à travers sa jurisprudence, qui condamnent des actes en raison de la violence qu’ils déclenchent ou préparent, et non des présupposés idéologiques de leurs auteurs. Sa définition ne relève pas de l’interprétation des gouvernants.”
  • Sur la nécessité de mesurer l’efficacité des mesures : “Il sera demandé aux FAI de fournir un état anonyme du nombre de connexions aux sites faisant l’objet d’un blocage. Toute autre suggestion à cet égard est la bienvenue” ;

Numerama

Apple et IBM unissent leurs forces sur la mobilité

Hits: 8

Les deux groupes annoncent la signature d’un partenariat dans le domaine des services mobiles destinés aux professionnels. Apple et IBM vont mettre en commun leurs forces pour proposer aux entreprises des applications et des solutions de gestion de parc.

logo apple gb

Apple et IBM font désormais route commune dans le milieu professionnel. Les deux firmes viennent d’annoncer la signature d’un partenariat dont l’objectif est de proposer aux entreprises un ensemble de solutions destinées à la gestion des parcs de terminaux iOS présents au sein de ces organisations.

A terme, une offre commune autour de l’iPad et de l’iPhone sera proposée. Elle devrait mêler ces traditionnels terminaux mais également une brique chargée de la politique de gestion des appareils au sein d’une entreprise. Des applications particulièrement dédiées à certains métiers seront développées et proposées aux clients professionnels.

De son côté, IBM devrait mettre sur la table sa solution de gestion des flottes en mode cloud. Le groupe se chargera notamment de la livraison, de l’activation et de l’intégration de ces terminaux. La firme utilisera enfin son réseau commercial mondial pour attirer les professionnels vers les terminaux iOS.

clubic.com

Scam : vers une redevance TV de 160 €, étendue aux PC, tablettes et mobiles

Hits: 7

Au lendemain des Assises de l’audiovisuel, la Société civile des auteurs multimédia (Scam) a exposé ses revendications sur la question de la contribution à l’audiovisuel public (CAP). Au menu : une redevance augmentée de 17 euros en cinq ans, qui frappera les foyers sans TV mais disposant d’un PC, d’une tablette ou d’un smartphone.

france télévisions tv france2

Le flux France2 HD sur VLC

 

Revaloriser la « redevance TV » pour l’adapter aux besoins actuels de l’audiovisuel public. C’est ainsi que Nicolas Mazars esquisse les revendications de cette SPRD qui représente les intérêts des réalisateurs, auteurs, écrivains, traducteurs, journalistes, vidéastes, photographes et dessinateurs.

 

Alors que les sièges des Assises de l’audiovisuel sont encore chauds, ce juriste rappelle les inquiétudes du secteur en termes de financement : outre le désengagement de 2 % de l’État sur la dotation annuelle, les ressources publicitaires sont en chute libre. Autre nuage, l’annulation attendue de la taxe sur les opérateurs, réputée illicite au regard du droit européen et qui entraînera un trou de 200 millions d’euros. « Tout cela montre qu’il faut adapter la question du financement » résume le responsable juridique de l’audiovisuel au sein de la Scam.
L’idée caressée par cette société de collecte et de répartition est double : d’une part augmenter le montant de cette redevance qui finance outre France Télévisions, Arte, l’Ina ou Radio France. D’autre part, élargir l’assiette aux seconds écrans.

Une redevance en hausse de 17 euros sur cinq ans, hors inflation

« Il faut revoir cette contribution à l’audiovisuel public, qui est aujourd’hui à un niveau très inférieur à l’ensemble des autres pays européens » argumente Nicolas Mazars, qui regarde d’un œil jaloux les sommets du genre, le Danemark et ses 300 euros annuels, voire le Royaume-Uni (200 euros).

 

En France, regrette-t-il, « il y a eu un passage de 5 à 6 ans sans aucune revalorisation ». La Scam souhaite donc que les 133 euros de redevance soient augmentés de 17 euros sur 5 ans, hors inflation. Si on prend les chiffres 2013, son plan quinquennal représenterait donc environ + 27 euros, inflation comprise. Le niveau effectif de l’inflation futur est évidemment incertain, mais on tournerait ainsi autour des 160 euros de contribution.

Frapper les foyers sans TV mais avec smartphone, tablettes ou PC

Ce n’est pas tout. « On demande une extension de l’assiette pour l’adapter aux usages d’aujourd’hui. La télévision est aussi regardée sur les tablettes, les smartphones et les ordinateurs fixes ou portables ». Le juriste cite cette fois l’exemple allemand, suédois, autrichien ou encore danois pour pousser le législateur dans les pas de la réforme. « C’est dans l’air du temps au niveau européen ! »
L’idée ne serait pas de cumuler une redevance par appareil. La Scam vise ces foyers qui n’ont pas de télévision, mais disposent d’une tablette, par exemple. « On ne peut pas rester sur le traditionnel bon vieux poste de télévision, on doit aller au-delà ».
Quel rendement ? Avec une redevance étendue aux seconds écrans, « on aurait une augmentation de 20 millions d’euros. Le nombre de foyers concernés n’est pas énorme ». Si on divise ce rendement attendu de 20 millions par 133 euros, cela représenterait théoriquement 150 000 foyers… Mais impossible pour l’heure de connaître le montant effectif de la ponction, « qui peut se discuter » concède le juriste.

 

Une chose est sûre, « il ne faut pas oublier que l’audiovisuel public développe des applications pour ces seconds écrans. France Télévisions, Arte sont assez en pointe sur ces sujets. Ils ont dans leur contrat d’objectifs et de moyens l’obligation de développer leurs programmes adaptés à ces écrans ». La Scam explique par ailleurs que des ajustements, dégrèvements et autres exonérations à la marge permettent d’éviter que les foyers modestes, les étudiants, etc. n’aient à payer la douloureuse.
« Honnêtement, 20 millions d’euros ce n’est pas l’extension qui va rapporter le plus à l’audiovisuel public ».Une fois la réforme enclenchée, les ayants droit savent que la variable tarifaire pourra être adaptée, en témoigne ce plan quinquennal des +17 euros.

Le consentement à payer du contribuable

Problème cependant, la télévision « de papa » sur ces nouveaux écrans est désormais concurrencée avec une presque infinité d’autres contenus. « Le principe de la redevance est la détention d’un poste, vous pouvez détenir une TV sans jamais regarder l’audiovisuel public. C’est un principe acté depuis l’origine des temps. Branché ou non, l’élément déclencheur de la redevance, c’est cela ».

 

Soit, mais comment justifier du coup ce prélèvement et susciter le consentement à payer du contribuable ? « Doit-on raisonner comme un consommateur ou comme un citoyen ? » répond le juriste qui insiste pour vanter la qualité des programmes financés par la CAP. « C’est un enjeu important que l’audiovisuel public existe. »

Des textes déjà prêts, un choix politique

Sur un plan juridique, la Scam a une autoroute devant elle. La redevance frappe en effet la simple détention d’ « un appareil récepteur de télévision ou un dispositif assimilé permettant la réception de la télévision pour l’usage privatif du foyer ». Ce sont cependant une série de réponses gouvernementales et d’instructions qui interdisent à Bercy de taxer les seconds écrans. Une des particularités du droit fiscal est en effet de rendre opposables ces interprétations aux services des impôts. « C’est vrai, il n’y a pas beaucoup à changer le dispositif législatif. La balle est dans le camp du politique. » Cela tombe bien : Aurélie Filippetti a promis d’engager la réforme de ce prélèvement.

NextInpact

 

Windows Phone 8.1 : la mise à jour Cyan pour les Lumia est imminente

Hits: 7

Alors que l’on attendait de plus amples informations sur le calendrier de déploiement de la mise à jour Cyan chez Nokia, voilà que Microsoft publie la grille de déploiement en fonction des pays. Pas de quoi se précipiter cependant, les tests sont encore en cours.

nokia cyan

 

Microsoft a donc publié la page web permettant de vérifier le statut de la distribution de la mise à  jour Cyan pour l’ensemble des Lumia. Pour rappel, cette mise à jour contient de nouveaux firmwares pour les téléphones de Nokia, mais aussi et surtout Windows Phone 8.1 et sa longue liste d’améliorations, dont l’Action Center pour les notifications et Internet Explorer 11.

 

Malheureusement, il ne sert à rien pour l’instant de vérifier tout de suite la disponibilité de Cyan sur votre Lumia. Actuellement, seuls les modèles 630 et 930 possèdent déjà Windows Phone 8.1. Tous les autres smartphones doivent attendre la nouvelle version, qui passe à travers plusieurs phases de test. Désormais, tout est entre les mains des opérateurs.

 

Dans la grille, on peut ainsi voir qu’en France, quel que soit le Lumia concerné, la mise à jour Cyan est toujours en test chez les opérateurs. D’ailleurs, si l’on parcourt l’intégralité de la liste, on se rend qu’il n’existe qu’un seul modèle dans un seul pays pour lequel Cyan est disponible : le Lumia 925 en Finlande, patrie de Nokia.

 

À partir de maintenant, la mise à jour devrait donc rapidement arriver, dans les jours ou les semaines qui viennent. Xavier des Horts, de chez Microsoft France, parle même de « quelques heures ou jours ».

 

N’hésitez pas à réagir dans les commentaires si votre smartphone vous en a signalé la disponibilité. Nous reviendrons plus tard sur Windows Phone 8.1 et l’imposante liste de ses nouveautés.

NextInpact