La gare Montparnasse gelée à cause d’un bug informatique

Hits: 15

 

L'accueil-embarquement des TGV à la Gare Paris-Montparnasse (crédit : SNCF)

A la suite de l’interruption totale du trafic à la Gare Montparnasse causée par une panne informatique hier, dimanche 3 décembre, la ministre des Transports a reçu ce matin à 9 heures Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau. Cette panne intervenant après une première perturbation importante en juillet dernier dans cette même gare, la ministre a cette fois qualifié l’incident d’inacceptable. Cet été, il ne s’agissait pas d’un problème informatique mais d’un défaut d’isolement électrique sur le poste de signalisation de Vanves. En revanche, ce week-end, la panne est intervenue après une interruption programmée, entre samedi 20h et dimanche 12h, pendant laquelle la SNCF a procédé « au changement du logiciel qui commande les aiguillages et les signaux à la sortie de la Gare Montparnasse », nous a expliqué l’opérateur ferroviaire contacté par téléphone.

Ce matin, au cours de son entretien avec le PDG de la SNCF, la ministre des transports a donc demandé à Patrick Jeantet « de lui présenter d’ici la fin de la semaine une nouvelle organisation et un nouveau management de la gestion des grands travaux et de l’ingénierie, qui permette de fiabiliser la réalisation de ces programmes de travaux et la reprise des circulations », indique le ministère dans un communiqué publié à l’issue de l’entrevue. De son côté, SNCF Réseau lance « immédiatement un audit de ses programmes de tests et de remise en service à la fin des grands chantiers ».

Le système s’est bloqué à la reprise de la circulation

Lors de l’interruption programmée du trafic entre samedi soir dimanche midi, les équipements techniques ont fait l’objet d’une opération majeure de modernisation nécessitée par la mise en service des deux nouvelles lignes de trains à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux, en mai et juillet derniers, expliquait hier la SNCF dans un communiqué. « Sur une petite portion, entre la Gare Montparnasse et Châtillon, il fallait changer le logiciel qui gère les aiguillages et les signaux », nous a-t-on précisé par téléphone. « Ce changement de logiciel avait pour objectif d’augmenter de 20% la capacité d’accueil des trains au niveau des voies à la Gare Montparnasse. La panne est intervenue après la reprise de la circulation, à 12h15. Après la mise en service de ce nouveau logiciel, le système s’est bloqué », nous a indiqué la SNCF.

A la suite des fortes perturbations intervenues en juillet, au beau milieu des vacances d’été, un rapport avait été remis à la ministre des Transports et parmi les recommandations figuraient la nécessité de préparer un plan de secours en cas d’incident grave, ce qui a été fait et a permis « de mieux maîtriser les conséquences de l’incident », a noté hier le ministère. Ce plan de secours consistait à reporter le départ et l’arrivée des TGV sur la Gare d’Austerlitz et à reporter celui des Transilien avec un arrêt à Versailles Chantiers. « Cela a permis de chercher et de trouver très rapidement ce bug informatique », a expliqué de son côté Patrick Jeantet à BFMTV qui a indiqué la reprise progressive des trafics de Transilien dès le dimanche soir et celui des TGV à partir de ce matin.

Des améliorations à apporter sur l’information aux voyageurs

Toutefois, en dépit des efforts réalisés sur l’information des voyageurs, il reste incontestablement des améliorations à apporter à la communication autour de la remise en service des trains. Après l’incident de Vanves, la SNCF avait présenté le programme Rob.In, pour « apporter des améliorations à la fois dans la robustesse et dans l’information voyageurs » d’ici 2020. « La Ministre a demandé aujourd’hui aux dirigeants d’accélérer la mise en œuvre de ce programme, qui sera déployé à partir du 1er janvier 2018 et dont il devra être rendu compte régulièrement devant les conseils de surveillance et d’administration du groupe public ferroviaire », pointe ce matin le ministère des Transports.

lemondeinformatique